Article Xpair :

La résidence « Fontaine d’Aligre » située sur la place d’Aligre à Paris a décidé en 2011 d’engager un programme de travaux ambitieux afin de rénover ses bâtiments et de réduire très fortement sa consommation d’énergie. Le programme de travaux de la résidence de 107 logements permettra de diviser quasiment par deux la consommation d’énergie globale.

Le vote des travaux en assemblée, avant tout de la pédagogie !

La première phase importante dans un projet de rénovation d’une copropriété est la préparation de l’assemblée générale qui votera le programme de travaux.

A la suite de l’audit énergétique mené en janvier 2010, le conseil syndical a opté pour un programme de travaux :

  • Rénovation des toitures terrasses avec ajout d’isolant
  • Isolation par l’extérieur des pignons
  • Remplacement de toutes les menuiseries encore simple vitrage bois (95%)
  • Changement de la régulation des chaudières et mise en cascade
  • Mise en place de vannes d’équilibrage en pied de colonne de chauffage avec équilibrage de la distribution
  • Remplacement des éclairages à incandescence des parties communes

A partir de là un intense travail de pédagogie a été mené auprès des copropriétaires. Des réunions « énergies » d’informations ont été organisées en amont afin d’expliquer aux résidents les résultats de l’audit énergétique et de répondre à toutes leurs interrogations et craintes avec à chaque fois la présence du bureau d’études. Des affichages dans les parties communes ont également été mis en place afin de communiquer avec la majorité des copropriétaires.

Un autre facteur décisif dans le vote des travaux est l’ingénierie financière indispensable du projet. En effet une multitude de subventions ou d’aides peuvent être disponibles suivant le projet et bien entendu la situation de chaque copropriétaire. Un des facteurs de réussite de ce projet a été de réaliser une ingénierie financière complète du projet en amont de l’assemblée générale.

    • Tout d’abord la résidence a postulé à deux appels à projets (un de la mairie de Paris et un autre de la région Idf/ADEME) pour obtenir des financements. Au final seule la région a retenu le projet de la résidence mais pour un financement de 25% de tous les travaux y compris le coût de la maitrise d’œuvre soit quasiment 200 000 €.
    • Le calcul précis des aides de crédit d’impôts et de Certificats d’Economie d’Energie et cela par logement.
    • Le conseil syndical est allé négocier des conditions de prêt bancaire de « gros » auprès d’une banque ce qui a permis aux personnes en ayant besoin d’obtenir un financement à des conditions intéressantes
  • Un calcul de la répartition exacte du coût des travaux par logement.

Au final les copropriétaires ont voté le programme de travaux à plus de 70%. Ce qui leur permet de passer d’une consommation de 236 kWhep/m².an à 127 kWhep/m².an.

Lire la suite de l’article sur Xpair.

Laisser un commentaire

sept + 14 =

Articles similaires

back to top button back to top button